Sans agence, mais pas tout seul !
Contactez-nous ! Du lundi au samedi de 8h30 à 18h30 au 04 42 03 90 57

 

Même si cela semble une évidence, nous soulignons qu’il faut absolument choisir un candidat solvable, en situation sociale stable. Ses revenus doivent se situer entre 2.7 et 3 fois le montant du loyer, charges comprises. Evidemment, un contrat de travail à durée indéterminée sera de mise.

 

Les règles à respecter

 

Les règles de capacité à honorer le loyer étant respectées, il faut attacher une rigueur particulière à la vérification de l’identité du candidat, et à la véracité des document constituant son dossier.

Le candidat doit donc fournir une pièce d’identité, il faut absolument le rencontrer personnellement. Une vérification de ses antécédents doit compléter les vérifications, en demandant les documents relatifs aux Aides au logement, et les coordonnées de l’ancien propriétaire que vous pouvez contacter.

Le dossier du candidat doit également comporter les éléments de ressources. Il est d’usage de demander que soient fournis les trois derniers bulletins de salaires, le contrat de travail (ou justificatif équivalent), et le dernier avis d’imposition.

 

D’autre part, nous vous conseillons, les éléments de dossier étant réunis et vérifier, de couvrir vos risques d’impayés en souscrivant une assurance loyers impayés. Les GLI (garantie de loyers impayé) coutent entre 3% et 5% du montant du loyer, et vous permettent le remboursement de vos loyers et des charges, ainsi que les dégradations des locaux, par l’assurance en cas de problèmes. La démarche est très sécurisante, mais elle impose une extrême rigueur administrative dans la gestion des éventuels sinistres.

 

Les solutions à disposition

 

La solution la plus souvent choisie par les propriétaires, et qui demeure simple à mettre en œuvre et de demander la garantie d’un garant. Il peut s’agir d’un garant simple ou d’un garant solidaire. Dans le cas d’un garant simple, c’est le locataire qui doit faire appel à son garant s’il ne peut honorer sa dette ; dans le cas d’un garant solidaire, le propriétaire peut solliciter le garant directement, dès le premier impayé. C’est cette seconde solution qui est privilégiée par les propriétaires.

D’autre part, le garant peut être personne physique ou personne morale. Si le garant est une personne physique, choisissez une personne proche, parents directs de préférence.

Vous pouvez recourir également à la garantie bancaire de votre candidat, ou s’il vous semble solvable, après vérifications, la garantie de l’employeur.

 

La caution peut également vous prémunir des mauvaises surprises d’impayés.

En effet, dans le cas de la caution bancaire, la banque devient elle-même la caution et se doit d’exécuter les obligations du locataire si besoin. Cette procédure consiste en un versement d’une somme d’argent que le locataire dépose en banque. . En cas d’impayé, il sera procédé au déblocage au profit du propriétaire.

La caution « Visale »  est très utilisée. Cette solution s’adresse aux jeunes de moins de trente ans et aux salariés précaires. Il s’agit d’une caution gratuite gérée par « Action Logement ». Si le locataire entre dans le cadre des conditions imposées, l’organisme prend à sa charge le versement des impayés. Le locataire se devra de purger ensuite sa dette auprès d’Action Logement, dans un délai de trente mois.